Vous êtes ici

• Azerbaïdjan

Aygun Baylar

> la nouvelle voix du mugam

20 mars 2007 à 20h30
Maison des Cultures du Monde
101 boulevard Raspail - 75006 Paris

Partager

Avec
Aygun Baylar, chant et tambour sur cadre daf
Zahid Rzayev, vièle kemânche
Rovshan Gurbanov, luth târ

La musique classique qu'on appelle mugam en Azerbaïdjan fait référence au principe du maqâm arabo-persan. Joué avec une extraordinaire économie de moyens puisqu'il nécessite seulement un chanteur/joueur de tambour sur cadre, un joueur de luth à manche long târ et un joueur de vièle à pique kemânche, le mugam comprend aujourd'hui une dizaine de suites principales.

La voix occupe une place prépondérante dans la mesure où elle est le vecteur privilégié du verbe poétique et ses techniques sont d'une richesse incomparable. Les poèmes classiques sont des ghazals, poèmes composés de plusieurs distiques dont la forme fut inventée en Iran au XIIe siècle. Ils ont pour thème privilégié l'amour, que ce soit dans un sens profane ou mystique.

Le public du Festival de l'Imaginaire est invité à découvrir l'une des plus talentueuses représentantes de la nouvelle génération d'interprètes de mugam : Aygun Baylar qui a tout juste trente ans.

Elle a commencé sa carrière musicale en apprenant, à sept ans, à jouer des nagara (percussions traditionnelles azéries). En 2002, elle reçoit le titre « d'artiste émérite » de la République d’Azerbaïdjan. En 2005, à Samarcande (Ouzbékistan), après Alim Qâsimov et Monajât Yulchieva, et en même temps que Nâdira Pirmatova, elle gagne le grand prix du concours international de Sharg Taranalari.

Remontons un peu dans le temps pour nous souvenir qu'en 1989, un jeune chanteur de mugam d'Azerbaidjan sortait pour la première fois de son pays et donnait son premier concert en France, à la Maison des Cultures du Monde, captivant son public et donnant ses lettres de noblesse à l'art du mugam. Il a fait depuis la belle carrière qu'on lui connaît. C'est aussi avec Alim Qâsimov, puisqu'il s'agit de lui, qu'a été réalisé le 1er CD de l'Anthologie du Mugam d'Azerbaïdjan, une intégrale éditée dans la collection INEDIT. Qâsimov était accompagné par les frères Mansurov, Elshan et Malik, virtuoses du kemânche et du târ.