Vous êtes ici

• Italie

LES MARIONNETTES DE SICILE

> Le duel d'Orlando et Rinaldo pour l'amour d'Angelica

Samedi 15 mars 2008 à 17h et 20h30
Dimanche 16 mars 2008 à 16h et 19h
Lundi 17 mars 2008 à 16h et 20h30
Maison des Cultures du Monde
101 boulevard Raspail - 75006 Paris

Partager

Par la Compagnie Bradamante sous la direction de Nino Cuticchio

Prenez le rythme et la musique des vers de Jérusalem Libérée du Tasse, les couleurs de la terre brûlée par le soleil, des citrons et des oranges, la rumeur des marchés de légumes et de poissons, l'agitation des ruelles qui mènent au port, la douceur du massepain et des glaces, le modelé des pains de sucre que les enfants reçoivent le jour de la fête des morts, prenez le parfum du jasmin, de la mer et de la viande exposée en plein air dans le marché de la « Vucciria » ! Mélangez et secouez très fort… et vous aurez un spectacle de pupi siciliani.

Jamais spectacle populaire n'a autant épousé la forme et les contradictions de son pays d'origine comme le spectacle des Pupi, que l'on croit être très ancien, une survivance d'un lointain passé. Mais, en réalité, il n'a pas plus de cent cinquante ans.

Le premier spectacle de Pupi Sicliani tel qu'on peut le voir aujourd'hui à Palerme - avec les armures et les heaumes entourés de plumes - a été probablement créé et présenté pour la première fois par le napolitain Giovanni Grasso en 1860, la même année où Garibaldi débarquait en Sicile pour initier le processus d'unification de l'Italie. Deux ans plus tôt, le journaliste Giusto Lodico avait commencé la publication, avec un énorme succès, de quatre volumes de contes sur L'Histoire des Paladins de France dans un style très proche des soap-operas et autres feuilletons de notre télévision d'aujourd'hui. Mais aucun sicilien n'acceptera jamais cette hypothèse qui stipule qu'un napolitain est à l'origine du théâtre des pupi, et il affirmera en revanche que c'était Gaetano Greco lequel, suite aux publications de Lodico, avait initié les représentations de ces histoires chevaleresques jouées par des pupi armés jusqu'aux dents.

Si le mariage entre les pupi et les histoires sans fin d'Orlando et Rinaldo, Angelica et Charlemagne peut être daté de cent cinquante ans tout au plus, les origines de ce théâtre épique seraient à rechercher plutôt du côté d'Archimède, Socrate et Xénophon, qui parlaient déjà de siciliens fort habiles à faire bouger des figurines de bois ; on pourrait aussi chercher du côté du Don Quichotte de Cervantès et de l'Espagne de Charles V dont la cour, en 1551, était déjà animée par des représentations faites par des marionnettes en armes ; comme il ne faut pas oublier la tradition typiquement sicilienne du cunto, cette forme extraordinaire de narration populaire, à la limite du théâtre, de la littérature et du chant.

Le fait qu'aujourd'hui encore - comme dans la plus pure tradition - tous les personnages d'un spectacle de pupi parlent/chantent à travers la voix d'un seul puparo, dans cette forme typique qu'est le recitar/cantando (réciter-chanter), ne fait que sceller définitivement les liens de ce spectacle à l'histoire de cette île magnifique plantée au centre de la Méditerranée, pont et croisement de cultures millénaires.

Donc, si vous aimez la littérature classique, si vous aimez l'art et l'artisanat, si vous aimez le théâtre, l'opéra, la musique, si vous aimez le crossover et le melting-pot, si vous cherchez une heure de bonheur à la fois ingénu et très raffiné, si vous aimez rêver et sourire en même temps, si les histoires compliquées d'enchantements, de trahisons, de tromperies, d'amours, de duels et de batailles vous amusent, mais aussi si votre cœur est très proche des anciens codes de chevalerie, d'honneur et de justice, vous ne devez pas manquer les spectacles du Teatro dei Pupi de Nino Cuticchio et ses filles, qui a appris le métier par son père, qui l'avait appris par son père, qui l'avait appris…

Franco Laera

"Chef-d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité (UNESCO)"