Vous êtes ici

• dans le cadre de " francofffonies !" • Liban

Musique de l'époque abbasside

> Le legs de Safiy a-d-Dîn al -Urmawi Nidaa Abou Mrad et l'ensemble de musique classique arabe de l'Université Antonine

3 avril 2006 à 20h
Auditorium du Louvre
Accès par la pyramide

Partager

Nidaa Abou Mrad, transcription, adaptation, direction et vièle kemâncha
Mohamad Ayach, chant
Hyaf Yasin, cithare santûr
Mustafa Said, luth ‘ûd
Ali Wehbé, tambourin riqq

L'époque de la dynastie abbasside qui régna sur le monde musulman du milieu du VIIIe siècle jusqu'au sac de leur capitale, Bagdad, par les Mongols cinq siècles plus tard, coïncide avec un essor sans précédent de la musique classique arabo-persane. En même temps que fleurissent de nouvelles formes musicales comme le sawt vocal et la tariqa instrumentale, des savants et philosophes proposent diverses théories de la musique qu'ils illustrent parfois avec des notations de pièces. Issu d’une famille azérie, Safiy a-d-Dîn al-Urmawî al-Baghdadî vécut au XIIIe siècle. Musicien, théoricien et calligraphe, et premier chanteur à la cour du dernier calife abbasside, il a laissé sept pièces dont la plupart ont été notées dans son Livre des Cycles à l'aide d'un système alphabétique et numérique.

À partir de ce manuscrit, le violoniste et musicologue Nidaa Abou Mrad s'est livré à un véritable travail de bénédictin. Il s'est attaché à reconstituer, voire à recomposer ces pièces fragmentaires dans leurs véritables dimensions, en s'appuyant sur les notations ellesmêmes, sur les théories de l'époque et sur une tradition musicale dont nombre d'éléments se sont transmis oralement jusqu'à nos jours. Plutôt que de tenter une reconstitution hasardeuse des instruments de l'époque, les artistes ont opté pour des instruments traditionnels comme le luth arabe ‘ûd, la vièle persane kemâncha, ou le psaltérion persan santûr. Sans prétendre à une hypothétique authenticité, Nidaa Abou Mrad nous propose donc une relecture, savante certes, mais surtout sensible de ces quelques pièces anciennes. On pourra apprécier l'art de Mohamad Ayach, l'un des derniers chanteurs libanais maîtrisant encore l'improvisation vocale, et découvrir des rythmes et des modes musicaux depuis longtemps disparus.

P. B.

>Tournée
5 avril 2006 : Lille, Opéra

> À écouter
Musique de l'époque abbasside
CD INÉDIT W260123