Vous êtes ici

• Exposition

RELIQUAIRES DES TERRAINS VAGUES

> Une collection privée d'objets récupérés, détournés et recyclés réunie à Salvador de Bahia

Du 20 février au 14 mars 2004
Musée du Montparnasse
21 avenue du Maine - 75015 Paris

Partager

En co-production avec le Musée du Montparnasse

À travers les continents, dans les cultures mêlées, dans les courants imprévisibles, dans les flux bigarrés, des créateurs (connus ou anonymes) inventent une poésie visible, tactile, vibrante qui unit le brutal et le subtil, le sauvage et le raffiné. Cette poésie, vive et violente, va à la découverte. Elle cherche. Elle bat la campagne ; elle court les rues ; elle fouille ; elle fouine ; elle furète dans les décharges, dans les chantiers, dans les quais proches et lointains. Elle recueille des déchets, des débris, des objets perdus et souvent fragmentés, des épaves : tissus, boutons, planchettes, un arbre coupé, chaussures usées, un violon cassé, une poupée disloquée, un vieil entonnoir, des fils, des photos déchirées, des bouteilles, des capsules, des miroirs ébréchés, des assiettes éclatées, des roulettes, des os, des ficelles, un presse-citron, des grillages, des "je-ne-sais-quoi", des "quasi-trucs", "des presque-riens", des choses innommables. Cette poésie les récolte, les glane, les engrange, les recycle, les retransforme.

Cette poésie est un démontage et un nouveau montage. Elle ajuste. Elle assemble. Elle emboîte. Elle colle. Elle cheville. Elle enchâsse. Elle brasse, brouille, manipule, marie les matériaux hétéroclites, les formes ébauchées, des graffitis cursifs, des signes esquissés. Elle donne une deuxième chance à des rebuts. Elle les sauve. Elle les offre parfois à des saints, ou bien à des divinités ignorées.

Chaque oeuvre est un reliquaire qui vénère les fragments du corps social. Elle est un message énigmatique, un cryptogramme inconnaissable, un talisman en partie dissimulé, un charme voilé.

Après les naufrages, après les désastres, dans le deuil et la détresse, des créateurs, souvent oubliés, errent dans des terrains vagues et ils imaginent des instants brefs de la jubilation. Dans les terrains vagues et déconcertants, circulent le trompettiste, le vendeur de jus de fruits, les oiseaux, les poissons, les dragons, un animal squelettique, les joueurs d'une loterie. Passent la vie, la mort, les jeux, l'amour, la baraka, et aussi l'art.

 Gilbert Lascault