Vous êtes ici

• Malaisie

Wayang Kulit Siam

6 et 8 mars 2007 à 20h30
Maison des Cultures du Monde
101 boulevard Raspail - 75006 Paris

Partager

Le Kumpulan Wayang Kulit Anak Sri Baju Merah (Dalang ou manipulateur : Saupi) du village de Machang dans le Kelantan présentera une version malaisienne d’un épisode du Ramayana.

Le théâtre d’ombres du Kelantan, Wayang Kulit Siam est l’une des formes théâtrales les plus anciennes de la Malaisie. On ne dispose pas de dates précises pour son introduction dans la péninsule Malaise, encore moins de précisions quant à ses origines exactes. Mais les influences des théâtres d’ombres thai et javanais semblent évidentes. Le Wayang Kulit Siam s’est imprégné d’influences religieuses, culturelles et artistiques diverses, il a pu évoluer localement pour devenir une forme spectaculaire reflétant une esthétique typiquement malaise. Le théâtre d’ombres du Kelantan est le réceptacle du système de croyances religieuses et des traditions littéraires. Bien qu’il soit destiné au divertissement, il joue néanmoins un rôle important dans les rituels, notamment pendant les cérémonies d’hommage aux maîtres. L’apprentissage assez complexe requiert pas moins de cinq ans de dévouement total. L’apprenti doit non seulement apprendre l’art de la manipulation, mais il doit aussi maîtriser le répertoire et la musique, être capable de fabriquer lui-même des ombres en peau, un cuir de chèvre très fin. Enfin, il doit pouvoir diriger des cérémonies de guérison ou d’exorcisme tout en assumant sa position comme un des membres importants de sa communauté.

Dans les villages du Kelantan, le castelet du théâtre d’ombres est une structure toute simple en forme de boîte construite sur pilotis à une hauteur du sol d’un mètre environ. Ce théâtre ou panggung représente l’univers. L’écran, ou kelir, souvent un simple drap blanc, est le symbole du monde avec les images des êtres qui le traversent d’un côté vers l’autre. La lampe (lampu, maintenant une ampoule électrique), est le symbole du soleil. Elle donne vie aux figurines. Traditionnellement, seul le dalang ou manipulateur peut allumer ou éteindre la lampe. Le pohon beringin est l’arbre de vie et représente les éléments, eau, terre, air, feu. C’est toujours cette ombre qui bouge en premier, comme le début de la vie dans l’univers. C’est cette même figurine qui clôt toute représentation. Le dalang raconte l’histoire tout en manipulant ses figurines contre l’écran et conduit l’orchestre généralement installé derrière lui.

Les figurines sont montées sur une tige en bois. Pour les faire tenir alors qu’elles ne sont pas manipulées, cette tige est plantée dans un tronc de bananier, le batang pisang qui représente la terre. La musique est interprétée par un orchestre composé de 10 musiciens. Outre le hautbois serunai, une paire de gongs suspendus (tetawak), une paire de petits gongs bosselés (canang) des cymbales (kesi), des tambours gendang et gedumbak frappés avec les mains, deux tambours gedung frappés avec des baguettes constituent l’ensemble musical qui accompagne le déroulement dramatique de chaque représentation.