Vous êtes ici

• Mexique/Japon

YO.GA.MOI

> Spéctacle inédit d'Irene Akiko lida

9 et 10 mars 2006 à 20h30
Maison des Cultures du Monde
101 boulevard Raspail - 75006 Paris

Partager

Dans un élan irrésistible Irene Akiko Iida décide d’entreprendre un voyage périlleux à la recherche de ses divers moi, avec pour tout bagage les expériences accumulées au fil des ans – la danse traditionnelle japonaise, le théâtre Takarazuka, et le théâtre mexicain, rien que ça... Elle part donc à la recherche de Rodin et prend le métro... Son voyage se transforme en une véritable mise en abyme, un croisement de milliers d’autres trajectoires. Elle rencontre d’innombrables miroirs de son intérieur, reflétant jusqu’à l’infini ses caractéristiques les plus intimes et les plus négatives, ses affinités ou ses rejets. Dans son souvenir, les visages à la fois ordinaires et expressifs des anciennes estampes Ukiyoe se fondent les uns dans les autres et elle s’imagine elle-même se transformer insensiblement en homme, en femme, en vieil homme, en adolescent, en enfant ; elle est tour à tour le trompeur et le trompé. C’est alors qu’elle comprend le sens de cette phrase : Il y a cinq ans tu étais peut-être ce qu’il est lui aujourd’hui, et je serai moi peut-être demain ce que tu es toi aujourd’hui.

Irene Akiko Iida est née à Mexico de parents japonais. Après avoir achevé ses études au lycée, elle quitte le Mexique pour Osaka, au Japon, où elle entre à l’École de Takarazuka (Takarazuka Ongaku Gakko). Le Takarazuka, qui est une forme de théâtre très populaire, met en scène exclusivement des femmes qui dansent, chantent et jouent les rôles féminins et masculins. En 1981, sa formation achevée, elle participe comme actrice à la compagnie de Takarazuka, sous le nom d’Irene Sachikaze. En 1987, tout en continuant ses activités théâtrales, elle entre à l’École Hanayagi de danses japonaises traditionnelles, une institution centenaire extrêmement réputée, pour approfondir sa connaissance de la culture japonaise et se spécialiser dans la danse Kabuki. Élève et disciple de Rokuharu Hanayagi, elle prend le nom d’Irene Hanayagi.

En 1997, pour commémorer le centenaire de la migration japonaise au Mexique, Irene Akiko Iida monte dans son pays natal une représentation musicale : Juan, el Momotaro, dont elle est à la fois la co-auteure, la directrice, la chorégraphe et la productrice. Elle a créé, depuis, aussi bien des pièces de théâtre que des spectacles musicaux.

À l’occasion du Festival de l’Imaginaire de 2004, Irene Akiko Iida avait interprété le rôle du benshi, narrateur japonais traditionnel, pour accompagner un film essentiel du cinéma muet mexicain : El Automovil Gris, d’Enrique Rosas.

Le spectacle, conçu et mis en scène par Claudio Valdés Kuri, avait été l’occasion d’une rencontre inédite et saisissante entre les deux univers culturels. Saisi par son interprétation Chérif Khaznadar lui demande alors de songer à un «one woman show». Elle accepte cette invitation et la voilà ainsi revenue à Paris avec cette création sur la notion d’identité. Le titre, YoGaMoi fait en effet référence au sujet dans les trois langues : espagnole, japonaise et française. La performance explorera ces trois cultures à travers toutes les techniques du corps dont s’est imbibée Irene Akiko Iida au cours de sa carrière.

Irene Akiko Iida, interprète
Jarmila Dostalova, lumières
Joaquin Lopez Chaz, univers sonore
Claudio Valdes Kuri, conseil en création
Producciones TAIYO