Vous êtes ici

• Colombie

VALLENATO, GAITAS, MARIMBAS ET CANTOS LLANEROS

> Fiesta de músicas colombianas

Mardi 15 avril 2008 à 20h30 : vallenato, gaiteros, llaneros
Mercredi 16 avril 2008 à 20h30 : llaneros, gaiteros, marimba
Jeudi 17 avril 2008 à 20h30 : vallenato, gaiteros, marimba
Vendredi 18 avril 2008 à 20h30 : llaneros, vallenato, marimba
Théâtre Équestre Zingaro
176 avenue Jean-Jaurès - 93300 Aubervilliers

Partager

Avec
Cholo Valderrama
Gualajo et Miriam Caicedo
Nafer Duran
Los Gaiteros de Guacamayal avec Pedro Ramayo
et Victor Ramos

Ceux qui pourraient penser que les musiques traditionnelles sont une affaire de «vieux», qu’elles ne sont pas «contemporaines», qu’elles sont figées, qu’elles n’attirent pas les nouvelles générations devraient aller faire un tour du côté de la Colombie, et voir comment Gualajo, Cholo Valderrama, Ibo Diaz et Nafer Duran attirent et séduisent les foules de spectateurs.

Et pourtant, chacun de ces artistes est fidèle à la tradition non seulement colombienne, mais aussi celle particulière à sa région.
Ce qui nous amène à souligner un autre élément : en Colombie, les processus de métissage des trois cultures, indigène, européenne et africaine ont, selon les régions, produit des formes et des genres musicaux distincts. Si l’influence andalouse est plus marquée dans les Llanos, c’est l’influence africaine qui l’emporte dans les musiques de la région Pacifique, alors que dans le vallenato ou la cumbia des gaiteros, les trois cultures ont à chaque fois généré des formes toutes nouvelles.

Les Llanos sont ces grandes plaines orientales que la Colombie partage avec le Venezuela. Ici sont venus s’installer des Andalous. Est-ce pour cela que cette musique et ces chants, même les plus festifs et les plus dansés, comportent toujours une inflexion nostalgique ? Cholo Valderrama est un Llanero. Il vous dira que Llanero, c’est une manière d’être, un mode de vie. Né dans une famille nombreuse, il a grandi dans la ferme de son père, au cœur des plaines. Dès son plus jeune âge, il participe aux travaux quotidiens et se passionne pour l’élevage des bovins mais surtout des chevaux. La musique, c’est enfant qu’il commence à s’y intéresser, quand il accompagne sa mère à l’étable et qu’elle chante, pour chaque vache qu’elle doit traire, une chanson, un air particulier. Ce sont les fameux cantos de vacqueria chantés a cappella. Puis, il y a aussi les veillées pour les Saints, ou pour les morts, avec leur répertoire spécifique. Mais aussi et surtout il y a les parrandas, ces fêtes dans lesquelles se regroupent les habitants du bourg et des fermes voisines pour danser le joropo. Elles sont animées par un chanteur accompagné de musiciens à la harpe, au cuatro et aux maracas, auxquels on ajoute parfois, plus récemment, une bandola. Ce petit péon qui ne se destinait pas du tout à la chanson y est arrivé le jour où il décida de participer à un concours et composa à 15 ans sa première chanson, Bonguero del Casanare. Être un chanteur llanero, c’est être aussi poète, car les textes ont autant, sinon plus d’importance que la musique. Cholo Valderrama en est un et aujourd’hui, on peut dire qu’il est incontestablement le plus grand chanteur llanero.

La poésie est aussi au cœur du vallenato. Gabriel García Márquez ne considère-t-il pas Cent ans de solitude, son œuvre majeure, comme un vallenato de 400 pages ? « Cette musique et mes romans sont tissés avec la même fibre ».

Vallenato, qui veut dire originaire de la région du Valle, dont la capitale est Valledupar, dans le nord de la Colombie vers la côte Atlantique, est devenu aussi le nom du genre musical qui comprend les quatre rythmes typiques de cette musique et de cette région : son, paseo, merengue et puya. Le vallenato est considéré en Colombie comme le symbole national du métissage et des origines de la population, le tout réuni en une forme musicale : l’accordéon européen, la caja africaine et la guacharaca indigène. À Valledupar, chaque année se déroule le grand festival de la Leyenda Vallenata, une des plus importantes manifestations culturelles du pays, retransmise sur toutes les chaînes de télévisions locales. À cette époque la ville regorge de correspondants de presse, et les pages culturelles des quotidiens ne vivent plus qu’au rythme de ce festival, au cours duquel sont élus les « Reyes », les rois du vallenato.

Roi, Nafer Duran l’a été, dès 1976, et il l’est toujours. Né en 1932 dans une famille de paysans, tous musiciens célèbres, il est considéré comme l’un des meilleurs accordéonistes du vallenato, au style insurpassable. À ses côtés, une autre grande figure, le chanteur Ibo Luis Diaz, fils du grand Leandro Diaz. Il fut l’un des chanteurs attitrés du « Roi des rois », Nicolas « Colacho » Mendoza avec lequel il a enregistré sept disques. Sa voix claire et mélodieuse est une des plus emblématiques du vallenato. Il a gagné à six reprises le prix de la chanson inédite au Festival de la Leyenda Vallenata au titre de compositeur et interprète et comme meilleur chanteur.

Le groupe Gualajo fut créé en 1998 par le maître incontesté de la marimba, José Antonio Torres, originaire du village de Sansón (Antioquia). Dès son plus jeune âge, il a consacré sa vie à la facture et au jeu des instruments typiques de sa région, dont la marimba de chonta ou le piano de la forêt, comme on l’appelle en Colombie. Gualajo, c’est la voix de l’Afrique, celle qui a fourni les esclaves, amenés de force pour travailler dans les mines. Le pouvoir d’appel de la marimba et son importance pour regrouper les communautés du littoral Pacifique sont incontestables. Autour de cet instrument se sont construits des chants qui reprennent les légendes et croyances d’une région, encore une fois caractérisée par le syncrétisme culturel.

Les rythmes caribéens, même s’ils sont plus fortement marqués par les rythmes africains que par les influences musicales européennes et indigènes n’en diffèrent pas moins des rythmes afro-colombiens de la région Pacifique. Mais, les Colombiens vous diront, encore une fois, avec tendresse et fierté, que la cumbia est le rythme colombien par excellence ; son origine, remontant aux alentours du XVIIIe siècle, est le métissage des trois cultures indigène, européenne et africaine dans le nord du Valle del Rio Magdalena.

Les instruments de la cumbia sont les flûtes gaitas, les clarinettes de caña de millo (de la famille du bambou) les maracas et les tambours. Gaiteros de Guacamayal est le nom du groupe créé par la Fondation socio-culturelle de la ville de Guacamayal, (Magdalena) région Caraïbe. Cette association à but non lucratif œuvre pour le dialogue social et culturel en créant un espace éducatif pour les jeunes. Une de leurs plus importantes activités est la Rencontre Régionale des Gaitas au cours de laquelle les meilleurs groupes de gaitas confrontent leurs techniques de jeu et leurs savoirs. C’est donc au sein de cette fondation que les jeunes Gaiteros de Guacamayal ont décidé de créer leur groupe. Séduits par leur dynamisme et leur entrain, nous avons voulu les inviter au Festival de l’Imaginaire, à côté des grands noms de la scène colombienne, car il était important pour nous de montrer aussi la réalité du terrain et la continuité de la transmission du savoir. Nous avons demandé à Pedro Ramaya Beltran et Victor Ramos Villareal, cañamilleros, c’est-à-dire joueurs de la petite clarinette de caña de millo, de partager la scène avec les gaiteros.

Au-delà de la tragédie que vit le pays, au-delà des clivages, au-delà de l’image stéréotypée, c’est cette vitalité et cette diversité que nous avons souhaité partager avec le public du Festival de l’Imaginaire, et c’est sur cette exceptionnelle richesse que nous avons choisi de clôturer le festival, comme une note d’espoir pour dire que non, la mondialisation et son progrès « ravageur » n’ont pas encore tout uniformisé sur leur passage.

Arwad Esber
En tournée le samedi 12 avril à 20h45 : Vallenato et Llaneros
Centre culturel Jacques Duhamel
6 rue Verdun - 35500 Vitré