Vous êtes ici

Festival de l'imaginaire

Scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain et à leurs formes d’expression les moins connues ou les plus rares

Réalisé avec l’appui de partenaires nationaux et internationaux, le Festival de l’Imaginaire offre une scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain, dans l’envie de partager avec le public l’étonnante richesse des formes d’expression de l'humanité. Une rare occasion de découvrir grands maîtres de la tradition et jeunes artistes dans les domaines de la musique, de la danse et des performances rituelles.

Rencontres et ateliers autour de la programmation permettent de s’adresser à tous les publics. Colloques, tables rondes et conférences interrogent nos repères et élargissent notre vision du monde.

> Découvrez la programmation du 22e Festival de l'Imaginaire

> Consultez la revue de presse de la 21e édition

 

 Retour en images sur le 21e Festival de l'Imaginaire 

 Consultez, ci-dessous, la programmation et les archives du Festival jusqu'en 2002. 

Les manifestations sont classées par ordre déchronologique.

• Égypte
18, 25, 26, 28 et 30 octobre 2016
Bagnolet, Aubervilliers, Le Blanc-Mesnil, Paris

CHIRINE EL ANSARY

> Les Mille et Une Nuits, spectacles de contes

Le labyrinthe des Mille et Une Nuits : des histoires-miroirs à travers lesquelles d’autres histoires se révèlent ; des histoires-tiroirs qu’on ouvre pour en découvrir d’autres, encore et encore ; des histoires-labyrinthes d’où surgissent personnages après personnages…


• Carte blanche à Waed Bouhassoun
Dimanche 16 octobre 2016 à 17h
Institut du Monde Arabe

CHANTS DES DJEBELS SYRIENS & MÉNESTRELS KURDES DE TURQUIE

> Mona Issa, Bashar Abu Hamdan, Ensemble Stranbej

En première partie un programme de chants du Djebel Ansariyeh (ouest de la Syrie) par Mona Issa accompagnée au qanun par Maamoun Rahal et de poésie chantée nabatéenne du Djebel Druze (sud de la Syrie) par le chanteur et joueur de rebab Bashar Abu Hamdan. En deuxième partie, chants traditionnels kurdes de Turquie par l'Ensemble Stranbej…


• Carte blanche à Waed Bouhassoun
Samedi 15 octobre 2016 à 20h
Institut du Monde Arabe

CHANTS DES DJEBELS SYRIENS & DES TROUBADOURS D'ARMÉNIE

> Mona Issa, Bashar Abu Hamdan, Ensemble Goussan

En première partie un programme de chants du Djebel Ansariyeh (ouest de la Syrie) par Mona Issa accompagnée au qanun par Maamoun Rahal et de poésie chantée nabatéenne du Djebel Druze (sud de la Syrie) par le chanteur et joueur de rebab Bashar Abu Hamdan. En deuxième partie, chants des goussan et ashough arméniens par l'Ensemble Goussan…


• Carte blanche à Waed Bouhassoun
Jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2016
Église Saint Roch (Paris)

CHANTS DES ÉGLISES D'ORIENT

> Ensemble musical ecclésiastique levantin de l'Université Antonine

Au moment où les traditions musicales des églises chrétiennes d'Orient sont menacées d’extinction, ce concert vise à réaffirmer la vitalité de ces musiques liturgiques même si elles sont bien souvent condamnées à la clandestinité.


• Japon
Du 7 au 10 octobre 2016
Cirque tzigane Romanès (Paris)

LES BUNYA NINGYO

> Marionnettes de l'île de Sado

Moins connues que les bunraku avec lesquelles elles partagent les mêmes origines, les bunya ningyo sont des marionnettes hautes de 80 cm environ, à la tête finement sculptée et parées d’élégants kimonos. Leur gestuelle gracieuse et l’atmosphère raffinée des représentations captive le spectateur…


• Inde
2 et 3 octobre 2016 à 20h30
Théâtre du Ranelagh (Paris)

PANDIT RAJENDRA PRASANNA

> Maître de la flûte bansuri et du hautbois shehnai

De bambou et de bois, instruments enchanteurs et porte-bonheurs, la flûte bansuri et le hautbois shehnai sont pétris d’une histoire complexe où se rencontrent l’Inde et la Perse, le temple et la cour, les dieux et les hommes, l’amour et la douleur de la séparation. Le parcours et la musique du maître Rajendra Prasanna et de ses ancêtres reflètent la richesse de cette histoire au cours de laquelle la flûte bansuri et la scène de concert se sont imposées face au shehnai et aux espaces sacrés, à travers une musique désormais appelée « classique de l’Inde du Nord ».


Pages