Vous êtes ici

Festival de l'imaginaire

Scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain et à leurs formes d’expression les moins connues ou les plus rares

Réalisé avec l’appui de partenaires nationaux et internationaux, le Festival de l’Imaginaire offre une scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain, dans l’envie de partager avec le public l’étonnante richesse des formes d’expression de l'humanité. Une rare occasion de découvrir grands maîtres de la tradition et jeunes artistes dans les domaines de la musique, de la danse et des performances rituelles.

Rencontres et ateliers autour de la programmation permettent de s’adresser à tous les publics. Colloques, tables rondes et conférences interrogent nos repères et élargissent notre vision du monde.

23e Festival de l'Imaginaire : retour en images

 

 

 Consultez, ci-dessous, la programmation et les archives du Festival jusqu'en 2002. 

Les manifestations sont classées par ordre déchronologique.

• Exposition
Du 17 mai au 15 septembre 2013
Au CFPCI-MCM à Vitré (35)

À PAS DE GÉANTS

> Personnages gigantesques et animaux processionnels

Chaque année, des milliers de géants et animaux fantastiques défilent ainsi dans les rues d’Europe occidentale, donnant lieu à de grandes fêtes populaires. Emblèmes de la cité, ces figures gigantesques, qui peuvent mesurer jusqu’à quatorze mètres de haut, dansent et jouent avec la foule, accompagnées de musiciens et de personnages costumés. Apparues dès le XVe siècle, ces processions rituelles aujourd’hui essentiellement laïques demeurent très vivantes en Belgique et en Espagne, ainsi que dans nombre de villes ou villages français situés principalement dans les régions du Nord-Pas-de-Calais et du Languedoc-Roussillon. Ancré dans la tradition, le monde des géants témoigne d’une grande créativité : de nouveaux animaux continuent d’apparaître ou de réapparaître, tandis que les géants à figure humaine peuvent fonder une famille... Sculpteurs et artisans géantiers imaginent alors les nouvelles effigies.


• Turquie
Vendredi 28 et samedi 29 juin 2013 - COMPLET
Amphithéâtre Bastille de l’Opéra national de Paris

CÉRÉMONIE SOUFIE DES MEVLEVI

> Couvent de Silivrikapi - Direction Hasan Dede

Le soufisme est la mystique de l’islam. Religion du cœur et de l’esprit, il est la voie qui conduit de l’écorce au noyau, c’est-à-dire de la loi religieuse à la vérité transcendante. La technique centrale de la contemplation repose sur l’oraison et sur le concert spirituel ou sema dont l’origine est attribuée à Jalal al-Dîn Rûmi (1207-1273), surnommé par ses disciples Mawlana, Notre Seigneur – Mevlana en turc –, et fondateur de l’ordre Mevlevi.


• Colloque
Samedi 22 et dimanche 23 juin 2013
Maison des Cultures du Monde

De quoi la contre-culture
est-elle le oui

> Autour de l’exposition "HEY! Modern Art & Pop Culture / Part II"

La contre-culture est une culture nouvelle, souvent parallèle ou souterraine, qui entre en rébellion avec la culture officielle dont elle inverse les normes et les valeurs. Elle est le fait d’individus isolés, comme les auteurs d’art brut, ou le plus souvent le résultat de l’action collective de groupes ou de communautés.


© MN Robert - MCM
• Mali
Du 14 au 16 juin 2013
Théâtre Claude Lévi-Strauss, musée du quai Branly

LES DOGON

> Sortie de masques par l’Awa de Sangha

Le peuple dogon, devenu emblématique par le mystère dont il sut et sait encore s’entourer, vit enclavé dans une région rocheuse du centre du Mali, entre plaine et plateau. La plus grande partie des Dogon vit dans des habitations accrochées à la falaise de Bandiagara dont la hauteur varie entre quatre cents et neuf cents mètres et qui s’étend en longueur sur plus de deux cent cinquante kilomètres, mais aussi sur le plateau et dans la plaine. Chasseurs et pêcheurs, ils cultivent le mil, le maïs, l’arachide, le coton et, depuis peu, de minuscules jardins d’oignons.


© CLUBSOJA
• Japon
Samedi 8 et dimanche 9 juin 2013
Théâtre du Soleil - Cartoucherie

KYÔGEN

> « Paroles folles » avec Shime Shigeyama

Forme de théâtre classique du Japon, le kyôgen présente l’exemple rarissime au monde d’être une forme théâtrale transmise depuis le XIVe siècle jusqu’à nos jours, et cela sans aucune interruption. La longue histoire du kyôgen a ainsi permis d’aboutir à des techniques d’un raffinement et d’une beauté extrêmes. Les pièces de kyôgen sont habituellement jouées entre deux pièces de nô, mais les représentations uniquement de kyôgen sont de nos jours courantes. Alors que les nô sont de longs poèmes qui mettent en scène de manière onirique les passions de héros ou de personnages célèbres, le kyôgen est par essence comique et de nature satirique.


© Pascal Glais
• Bretagne
Samedi 8 juin 2013
Théâtre équestre Zingaro

FEST-NOZ

> Avec L. Fall, E. Marchand et Troadeg, Ch. Quimbert et M. Hamon, G. et T. Hervieux, M. Colleu et P. Cordonnier

Le fest-noz, mot breton signifiant « fête de nuit », a pour origine une pratique rurale ancestrale consistant à se rassembler après des travaux collectifs pour des soirées de danse accompagnées de chants ou de musiques instrumentales. Tombé en désuétude après la seconde guerre mondiale, le fest-noz devra attendre quelques décennies avant de connaître une renaissance, profitant du succès de la musique celtique portée par Alan Stivell. Beaucoup de jeunes découvrent la musique et la danse bretonnes et s’en emparent : le fest-noz devient une manifestation urbaine. De nombreuses associations en organisent parfois dans un but militant ou même lucratif. Ce premier effet de mode passé, ces rassemblements se raréfient à la fin des années 1970.


Pages