Vous êtes ici

Festival de l'imaginaire

Scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain et à leurs formes d’expression les moins connues ou les plus rares

Réalisé avec l’appui de partenaires nationaux et internationaux, le Festival de l’Imaginaire offre une scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain, dans l’envie de partager avec le public l’étonnante richesse des formes d’expression de l'humanité. Une rare occasion de découvrir grands maîtres de la tradition et jeunes artistes dans les domaines de la musique, de la danse et des performances rituelles.

Rencontres et ateliers autour de la programmation permettent de s’adresser à tous les publics. Colloques, tables rondes et conférences interrogent nos repères et élargissent notre vision du monde.

23e Festival de l'Imaginaire : retour en images

 

 

 Consultez, ci-dessous, la programmation et les archives du Festival jusqu'en 2002. 

Les manifestations sont classées par ordre déchronologique.

Kim Young-gi © Just Music Publishing
• Corée
Jeudi 30 mai et samedi 1er juin 2013
Maison des Cultures du Monde

GAGOK

> avec Kim Young-gi

Le gagok est sans nul doute ce que la culture coréenne a produit de plus délicat et de plus raffiné en matière de musique vocale. Loin des formes populaires friandes d’émotions fortes et de celles de cour, hiératiques et figées, le gagok illustre l’art des lettrés, exquis et discret, imaginatif, économe et élégant, un art de salon pour un public choisi, cultivé et mélomane.


• Rencontre
Samedi 25 mai 2013
Maison des Cultures du Monde

10ème journée du patrimoine culturel immatériel

> Patrimoine : et les animaux ?

Il y a dix ans la Maison des Cultures du Monde créait, dans le cadre du Festival de l’Imaginaire, en collaboration avec la Commission nationale française pour l’UNESCO et avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, une « journée du patrimoine culturel immatériel ». Depuis, ce rendez-vous annuel permet aux praticiens, aux responsables d’organisations gouvernementales et non gouvernementales, au public en général, de se tenir informés et de participer à une réflexion sur la mise en œuvre de la Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.


• Colloque
Mardi 21 mai 2013
Maison des Cultures du Monde

7ème Colloque international d'ethnoscénologie

> Esthétique, corporéité des croyances et identité

Nombre de pratiques profanes ou non qui constituent le champ de recherche en ethnoscénologie s’inscrivent dans un système de croyances. Dans la perspective retenue, celles-ci se définissent pour les individus et les communautés moins par rapport à une doxa, qu’à un habitus spirituel, éthique et esthétique où se retrouvent les constituants de l’expérience sensible : textualité et transtextualité (Genette), oralité – verbal art (Bauman) –, techniques du corps, danse, musicalité, ornementation, polysensorialité, états émotionnels.


© Bill Akwa / MCM
• Irak
Vendredi 26 et samedi 27 avril 2013
Institut du Monde Arabe

MAQÂM DE BAGDAD

> par Hamed Al Saadi et son ensemble Tchalghi Baghdadi

Centre du monde arabomusulman à l’époque de l’âge d’or abbasside, la terre d’Irak reçut aussi l’empreinte des Romains, Sassanides, Mongols, Turkmènes, Ottomans et Persans. C’est donc au carrefour des trois grandes civilisations islamiques : arabe, persane et turque, que Bagdad a développé une culture originale dont l’art du maqâm porte toujours témoignage.


Muqam des Dolan © M.N. Robert/MCM
• Chine
Lundi 22 avril 2013
Théâtre de la Ville

LE MUQAM DES DOLAN

> Musique et danse ouïgoures du Xinjiang

Le Xinjiang ou Turkestan chinois est la plus grande province de Chine. Située au nord-ouest du pays, cette vaste plaine de plus d’un million et demi de kilomètres carrés, bordée par les imposants massifs de l’Altaï, du Pamir et des monts Kunlun, offre un impressionnant paysage de déserts, de rivières et de glaciers. Elle est le berceau d’une très ancienne civilisation turque, celle des Ouïgours.


Aşık Cemal Hakiroğlu © D.R.
• Turquie
14 avril 2013
Auditorium du Louvre

LE CHANT DU SEMAH ALÉVI

> par Armağan Elçi

À la fois mystique et humaniste, elle se fonde sur la foi en Dieu, la prophétie de Mahomet, la sainteté de Ali et la quête de la vérité dans le coeur de l’Homme. Cette tradition porte aussi le nom de bektashisme en référence à son fondateur Haji Bektash Veli (XIIIᵉ siècle). Seule différence, on naît alévi par descendance, on devient bektashi par choix.


Pages