Cérémonie gnawa entre Fès et Tanger

Dieter Telemans

Concert

Jeudi 4 et vendredi 5 novembre 2021 - Divers lieux

Cérémonie gnawa entre Fès et Tanger Maroc/Belgique - Hicham Bilali, Driss Filali et Jalal Abantor

Les Gnawa forment une communauté confrérique issue de l’esclavage subsaharien, qui s’est installée au fil des siècles dans toutes les villes du Maroc. Les m‘allemīn Driss Filali et Hicham Bilali ont grandi ensemble et appris le répertoire à Fès, où le style ancien fāssī côtoie le style moderne marsāwī. Pour cette tournée, ils sont accompagnés par Jalal Abantor, détenteur du jeu de tambour particulier de Tanger qu’il a hérité de son père, le dernier maître de cette technique. Aujourd’hui, le trio perpétue ces traditions à Bruxelles.

  • Jeu 04 nov 2021 à 20:00 - Genève - MEG - Musée d'ethnographie achetez vos places
  • Ven 05 nov 2021 à 19:00 - Paris - Institut des Cultures d'Islam (concert-conférence) [COMPLET] achetez vos places

La Maison des Cultures du Monde se réjouit d'accueillir Hicham Bilali, Driss Filali et Jalal Abantor, en remplacement d'Abdelwahid Stitou et ses fils qui ne pourront être présents à cette date.

Se présentant comme descendants d’esclaves subsahariens arrivés au Maroc il y a des siècles, les Gnawa sont connus pour leur rituel nocturne, la līla (« nuit » en dialecte marocain), lors de laquelle musiciens et adeptes invoquent Dieu, le Prophète, les Saints, les esprits des ancêtres et d’autres entités invisibles.

Souvent associés au Sud du Maroc (Essaouira et Marrakech), les Gnawa demeurent en fait présents dans toutes les villes du pays, où ils se sont installés au fil des siècles. Chaque région, chaque ville, chaque famille possède ses propres spécialités : dans le Nord, c’est le jeu du tambour qui est reconnu comme particulièrement virtuose, disposant d’un répertoire et de chorégraphies propres. Les trois musiciens viennent de la cité impériale de Fès et de la ville portuaire de Tanger. Ces lieux riches d’histoire ont vu se développer des formes d’expression spécifiques : le style šamālī (« du nord »), et fāssī (« de Fès »).

Hicham Bilali et Driss Filali se considèrent comme frères de cœur. C’est auprès du m‘allem Hamid Dkaki que Hicham apprend le répertoire musical, la symbolique des cérémonies, la fabrication des instruments, des secrets des plantes. De son côté, Driss hérite du savoir de son père, le m‘allem Ba Sellam de Meknès. Leur vécu migratoire commun les rapproche encore davantage, et désormais aucune performance de l’un ne se passe sans l’autre.

A Bruxelles, ils font la connaissance de la petite communauté gnawa qui s’y est établie, majoritairement d’origine tangéroise. C’est le cas de Jalal Abantor, fils aîné du dernier grand tambourinaire Ahmed Abantor, qui lui a transmis le répertoire, les techniques et les chorégraphies spécifiques au Nord du Maroc. Ce répertoire, plus structuré et complexe que dans les autres styles régionaux, s’est petit à petit généralisé parmi les musiciens bruxellois.

Avec une communauté d’une quarantaine de musiciens, Bruxelles figure aujourd’hui comme la capitale européenne des Gnawa, et le travail de Hicham, Driss et Jalal n’y est pas étranger. Le trio interprétera plusieurs suites musicales issues du rituel de la līla, chacune dédiée à une famille d’esprits. 

Hélène Sechehaye

Dans le cadre du 24e Festival de l'Imaginaire

Cycle « Musiques, danses et rituels : les pouvoirs du son »

Informations pratiques
Jeudi 4 novembre à 20h // Genève, MEG - Musée d'ethnographie
Boulevard Carl-Vogt 65 1205 Genève (Suisse)
Billetterie en ligne : cliquez ici
En partenariat avec les Ateliers d’ethnomusicologie de Genève, dans le cadre du festival Les nuits du monde
 
Vendredi 5 novembre à 19h // Paris, Institut des Cultures d'Islam
19 rue Léon 75018 Paris
Concert-conférence
Tarifs : gratuit / 5€ plein
ÉVÉNEMENT COMPLET
Dans le cadre du cycle « Musiques, danses et rituels : les pouvoirs du son », avec le soutien de la ComUE Université Paris Lumières
Distribution

Hicham Bilali guembri, ‘wīša, chant, percussions (qrāqeb et mains), danse
Driss Filali guembri, ‘wīša, chant, percussions (qrāqeb et mains), danse
Jalal Abantor tabl, chant, percussions (qrāqeb et mains), danse

Autour du spectacle
// Genève, MEG - Musée d’ethnographie
Jeudi 4 novembre à 18h
Conférence : « Être Gnawi à Bruxelles : Islam, rituel et musique dans une capitale européenne» animée par Hélène Sechehaye, ethnomusicologue
Partenaires