L’ethnoscénologie Une discipline anthropologique

Cofondée par la Maison des Cultures du Monde et le Laboratoire de recherches spécialisé dans l'étude des pratiques spectaculaires humaines de l'Université de Paris VIII-Saint-Denis.

Le colloque de fondation, sous l'égide de l'Unesco, s’est tenu le 3 mai 1995 à Paris, à la Maison des Cultures du Monde. Cette jeune discipline relevant des ethnosciences associe les points de vue de chercheur/se.s et de praticien.ne.s pour appréhender « les pratiques performatives des divers groupes et communautés culturels du monde entier avec le souci premier de tempérer sinon de maîtriser toute forme d’ethnocentrisme », par des présentations de spectacles doublées de l'étude des formes, sans souci d'échelle de valeurs ni d'exclusion : théâtre, musique, danse, jeux masqués, marionnettes, ombres, rituels, traçages codés…

Les buts de cette discipline nouvelle qui englobe l'anthropologie du théâtre, l'ethnologie, la musicologie et la sociologie sont divers :

- Remettre en question le regard porté sur l'immense diversité de l'expression humaine, menacée par le danger d’uniformisation. L'ethnoscénologie défend la diversité.

- Forger un concept, une notion, une méthode et rassembler ce qui est éparpillé. Explorer et publier, sans relâche. Des formes aussi diverses que le Gambuh de Bali, les Kagura du Japon, le Teyyam de l'Inde, le Tchiloli de São Tomé, la Sulamiyya de Tunisie, la Diablada de Bolivie sont des formes à part entière et non des parents pauvres du théâtre occidental ; elles répondent donc à d'autres critères selon une autre échelle et un système de valeurs propre.

Ouvrages de référence dans la revue Internationale de l'Imaginaire co-éditée avec Actes-Sud (Babel) et ressources