MCMix Les Qhapaq Negro de Paucartambo MCMix #11 - Pérou

À l'occasion du Mois des mémoires de l'esclavage, des traites et leurs abolitions, la Maison des Cultures du Monde – CFPCI invite à (re)découvrir l’héritage méconnu de la confrérie des Qhapaq Negro, reçue à Paris en 2012 dans le cadre du Festival de l’Imaginaire.

Cette confrérie catholique composée de danseurs et musiciens costumés et masqués défilent chaque mois de juillet dans les rues de Paucartambo, ville de l’altiplano péruvien dans la région de Cuzco, pour célébrer la Vierge du Carmel. Les Qhapaq Negro incarnent un groupe d’esclaves noirs conduits de Lima vers les mines d’argent de Potosi pour y travailler. L’histoire raconte qu’en passant à proximité de Paucartambo, au moment de la fête de la Vierge, ces derniers se révoltèrent et dérobèrent des vêtements de femme pour prendre part à la fête.

Pendant quatre jours d’affilée, les Qhapaq Negro défilent dans les rues, participent à la célébration de la grand-messe devant l’église et dansent sur les places du village. Chants de procession, litanies et cantiques à la Vierge, en espagnol et en quechua, font pénétrer le spectateur dans un univers de piété mystique empreinte d’une certaine mélancolie. En se vouant à la Vierge, le Qhapaq Negro conditionne son existence toute entière et celle de sa famille autour de cette figure essentielle du catholicisme latin. Les Qhapaq Negro tiennent dans leur main droite un bâton surmonté d’un poing noir sculpté, le maki, symbole de leur rébellion. L’ensemble de la cuadrilla est dirigé par un guiador évoquant le personnage qui conduisit la rébellion. L’instrument de son pouvoir est la matraca, une crécelle dont il se sert pour donner ses ordres.

Voir aussi
Les Qhapaq Negro de Paucartambo
Spectacle

du 12 au 15 mai 2012

Les Qhapaq Negro de Paucartambo Danse masquée et chants à la vierge

Chaque année entre le 14 et le 18 juillet, Paucartambo, paisible bourg de l’Altiplano péruvien, reprend vie. Plusieurs milliers de participants, venus de Cuzco, de Lima voire des pays voisins envahissent les rues pour célébrer la Virgen del Carmen, affectueusement appelée Mamacha Carmen.

Lire la suite